Installation de glissières de sécurité en acier

Le montage des glissières de sécurité PASS+CO

Les constructions de glissières de sécurité prêtes à fonctionner n'apparaissent qu'après leur montage sur les routes et/ ou dans des ateliers.

Remarque : Au regard des responsabilités, le montage des glissières de sécurité en tant que travail spécialisé ne doit être confié qu'à des sociétés spécialisées.

La société PASS+CO a ses propres colonnes de montage et elle travaille avec des partenaires de montage dans de nombreux pays. Ceci permet un montage rapide et flexible. Au besoin, on peut renforcer les colonnes de montage dans de brefs délais et augmenter ainsi la capacité sur place. 

D'une manière générale, la conformité des constructions de glissières de sécurité PASS+CO à la norme EN 1317 a été testée.

Remarque : Les constructions testées selon la norme EN 1317 doivent être montées telles qu'elles ont été testées selon cette norme. Ceci nécessite un personnel qualifié correspondant.

Les constructions de glissières de sécurité sont des installations de sécurité servant à améliorer la sécurité routière et elles ne doivent être montées que par des personnes qualifiées.

Directives de planification et de montage des glissières de sécurité

Ces directives nationales comprennent des instructions de planification et de montage, les bases de l'utilisation des glissières de sécurité, et régularisent les critères d'utilisation pour la planification et l'exécution.

PASS+CO a mis en place ces directives comme instructions de montage internes et travaille également selon les spécifications  des clients.

Les objectifs de protection pour les routes allemandes ont été fixés par le ministère fédéral des transports et de la construction et par l'institut fédéral des recherches routières (Bundesanstalt für das Straßenwesen) dans la "directives relative aux installations de protection passives" et adaptés en fonction des exigences européennes de la norme EN 1317.

Conformément aux attentes européennes, les installations de protection passives sont censées réduire autant que possible les conséquences des accidents, elles sont envisageables :

- pour la protection des autres personnes ou des installations en dehors de la route dignes d'être protégées, de la circulation en sens inverse dans le cas des routes à deux sens ou des véhicules suivants des dangers inéluctables.

-pour la protection des usagers des routes des conséquences extrêmement graves de leurs propres erreurs de comportement, par exemple pour protéger les passagers d'une chute ou d'une collision du véhicule contre des obstacles dangereux situés à côté de la voie.

L'installation de glissières de sécurité dépend du type de route, du genre de danger et de la vitesse autorisée. On dispose pour cela d'un tableau de décision.

Conformément à l'augmentation de la circulation et aux exigences en matière de modification des équipements de sécurité sur les routes, on a développé au cours des dernières années en Europe des systèmes de protection en acier qui répondent à ces développements de la circulation et à ces exigences internationales.

Le bord de la voie

Au regard du choix du degré de retenue, on distingue d'une manière générale entre la protection prioritaire de tiers, comme par exemple lors de percées du terre-plein et celle des passagers du véhicule. 

Pour la protection des passagers de véhicules quittant la voie contre la collision contre des obstacles ou contre les chutes on exige d'une manière générale le niveau de retenue N2.

Remarque : Si les poteaux doivent être enfoncés à proximité immédiate du talus, il faudra alors éventuellement raccourcir en plus les écarts entre les poteaux.   On peut également utiliser des poteaux allongés. Dans la mesure où les mesures correspondantes ne sont pas fixées dans la description des prestations, celles-ci doivent alors être déterminées avec le commanditaire et elles sont considérées comme des prestations particulières.

Remarque : Dans le cas de rayons inférieurs à 30 m, on ne doit utiliser que des chapeaux de glissières de sécurité pliés au préalable dans les ateliers de fabricant.


Le terre-plein

Dans la mesure où l'on exige des systèmes de degré de retenue H2 pour la sécurisation du terre-plein, on peut utiliser parmi les systèmes testés le DDS-2,0m et deux fois l'EDS-2,0m.

Le DDS-2,0 m à action bilatérale ne doit être utilisé que sur les terre-pleins d'une largeur allant jusqu'à 3,5 m. Au regard de ces restrictions, il est suffisant pour les terre-pleins habituels de 3,5 m.

Si des dénivelés ou des obstacles se trouvent sur le terre-plein, la situation doit être examinée individuellement et sécurisée par l'EDS-2,0m.

Sur les traversées de terre-pleins ainsi que sur les portions de route avec des poteaux enfoncés dans des manches de tuyaux, les différences de hauteurs ne doivent pas être compensées par des "entretoises" entre les poteaux et les manches de tuyaux.

Les ponts et les constructions

Sur les ponts, le degré de retenue H2 est la règle. On utilise l'EDS-1,33 avec poteaux à embases-socles et balustrades comme sécurité contre les chutes aussi bien sur les bords qu'au milieu.

Remarque : S'il réside un risque particulier pour les tiers en-dessous du pont et/ ou de la construction, il faut utiliser des systèmes ayant un degré de retenue plus élevé comme le H4b  Super Rail Plus par exemple.

Pour l'ancrage des poteaux à embases-socles les dessins des fabricants actuels

•    glissière de sécurité d'écart simple sur béton, glissière de sécurité simple sur béton
•    glissière de sécurité d'écart double sur béton
•    glissière de sécurité d'écart simple sur acier
•    glissière de sécurité d'écart double sur acier
sont décisifs.
Remarque : Les goujons filetés ne doivent pas dépasser des écrous de plus de 15 mm.

L'épaisseur de la couche de compensation en mortier de plastique imperméable lors de la fixation sur du béton ne doit pas dépasser les 5 mm sur le terre-plein. L'installation de plaques duroplastiques capables de diminuer la formation de buée et de compenser les irrégularités des surfaces n'est autorisée à des températures inférieures à  + 5 °C et avec l'humidité correspondante qu'après consultation du commanditaire.

Les trous longitudinaux des plaques de sol doivent être bouchés ou couverts soigneusement avec un matériau élastique.

Les différentes pièces de la construction d'ancrage utilisée doivent présenter une galvanisation conforme à DIN 50976 et DIN 267-10  comme protection contre la corrosion. 

Remarque : L'utilisation de pièces en aciers inoxydables (selon DIN par exemple) n'est pas autorisée. Il est interdit de serrer trop fort les vis ou les écrous d'ancrage avec un bouchon en plastique.

Dans le domaine des traversées de voies mobiles, les joints de dilatation prévus doivent être montés symétriquement. Il faut alors veiller à toujours commencer le montage des poteaux avec plaque de sol par le joint de dilatation.

Dans le cas des superstructures d'une longueur inférieure à 30 m, on peut renoncer aux joints de dilatation.
Sur les ponts longs avec de grandes distances entre les appuis, on obtient des modifications de longueur différentes pour la construction et les glissières de sécurité en particulier parce que les augmentations et les diminutions de température ont effet nettement plus lentement sur la construction que sur les glissières de sécurité. C'est pourquoi il faut prévoir dans des cas comme celui-ci des joints de dilatation de 80 mm tous les 50 m pour compenser les tensions.

Les joints de dilatation doivent toujours être livrés prémontés sur le chantier et installés sur la construction en respectant l'écart entre les poteaux nécessaire dans ce cas précis.
Pour le réglage des joints de dilatation, c'est la température moyenne mesurée sur la construction lors du montage qui est décisive. Lors de la mise en place des poteaux et des ancrages prémontés sur les joints de dilatation, il faut prendre en compte les déplacements du pont dus aux changements de températures.

Pour les joints de dilatation, on considère + 10°C comme point zéro auquel les trous longitudinaux se recouvrent exactement. L'écart entre les poteaux doit alors être de 4000 mm (1333 - 1334 -1333) exactement. L'écart entre les poteaux décisif lors de l'installation se calcule donc ainsi à partir de la longueur du système du joint de dilatation de 4000 mm ± de changement de longueur.

 
Annexe : Tableau de montage des dilatations

 

Remarque : Les vis des joints de dilatation ne doivent être serrées que de manière à ne pas gêner les mouvements longitudinaux. Il faut bloquer correctement les écrous (couple minimum 70 Nm environ).

Remarque : S'il y a des glissières de sécurité avant et après un pont, celles-ci ne doivent alors pas finir et ensuite reprendre par une tête de ligne. Dans la mesure où l'on dispose de suffisamment de place, les glissières de sécurité doivent être tirées par-dessus la construction. Si ce n'est pas possible, les glissières de sécurité doivent être fixées sur la balustrade ou sur  le parapet de telle manière que l'absorption des forces de traction soit assurée.

Exécution des montages

La plupart des erreurs qui peuvent se révéler dangereuses pour les automobilistes sont faites lors du montage des glissières de sécurité, c'est pourquoi les entreprises de montage doivent être en mesure de fournir des attestations de qualification et des références.

Le montage correct est la condition décisive au fonctionnement optimal des glissières de sécurité sur place.

Remarque : Étant donné qu'il s'agit d'installation de sécurité dans le cas des systèmes de retenue des véhicules, seules des entreprises spécialisées avec un personnel qualifié doivent être chargée du montage. 

Le montage de constructions de glissières de sécurité se fait d'une manière générale par enfoncement ou par chevillement sur les constructions.

Remarque : Il est interdit de bétonner directement les poteaux de glissières de sécurité.

La superposition de chapeaux de glissières de sécurité au niveau des joints doit se faire d'une manière générale dans le sens de conduite.

Les réglementations générales d'exécution sont consignées dans les instructions du fabricant et dans "Conditions contractuelles techniques supplémentaires pour les installations de protection passives" (ZTV).

Avant de commencer les travaux, le mandataire se doit d'informer de la situation et de la pose des câbles, des tuyaux, des conduites etc.. Dans le cas des conduites souterraines, il est interdit d'enfoncer. En outre, il faut respecter les instructions des propriétaires des câbles, des tuyaux etc..

Pour optimiser le montage des glissières de sécurité et éviter d'être gêné sur le chantier, seules les constructions de glissières de sécurité nécessaires pour le montage de la journée sont livrées sur la portion de route.

Les glissières de sécurité pour une certaine portion de route doivent être installées le jour de leur montage et entièrement vissées sur la route en pleine circulation.

Le maître d'ouvrage planifie le matériel et le montage de telle manière que la livraison soit faite le jour même sur le chantier concerné. La condition à cela étant que le commanditaire laisse suffisamment de liberté de construction au mandataire.

Les colonnes déchargent les éléments de glissières de sécurité le long du chantier et les montent conformément aux instructions et aux schémas. Les colonnes rédigent des rapports quotidiens sur les travaux effectués et documentent le déroulement de la journée. Ces rapports quotidiens sont contrôlés par le maître d'œuvre de PASS+CO et présentés chaque jour au commanditaire pour confirmation. On peut de cette manière surveiller les prestations et les facturer.

Sur place on n'entrepose qu'une réserve de matériel pour le projet qui suit l'avancée des travaux le long de la route.

Un vissage correct est la condition au bon fonctionnement des constructions de glissières de sécurité.

Les appareils de vissage doivent être paramétrés en conséquence. Pour éviter que les écrous abîment la surface galvanisée lorsqu'ils sont serrés, il faut mettre une rondelle en-dessous de chacun d'eux.

Remarque : Afin d'obtenir un raccord impeccable, les vis doivent être placées verticalement dans les éléments de construction à assembler et serrées correctement.

 
Annexe : Vissage des constructions de glissières de sécurité
 

 

Remarque : Un couvre-joint ne remplace pas une rondelle.

Il ne faut pas dépasser l'écart prescrit entre les poteaux des différents systèmes de glissières de sécurité. Si celui-ci ne peut pas être respecté, à cause de gouttières d'évacuation par exemple, l'écart entre les poteaux doit alors être réduit dans cette zone. Ceci constitue une prestation spéciale.

Les éléments de raccord peuvent être fabriqués sur le chantier. Il faut alors respecter les conditions suivantes durant la fabrication:

-  une longueur minimum de 750 mm (superposition de profilés), ne pas dépasser l'écart prescrit entre les poteaux de la construction de glissières de sécurité lors du montage,

- une découpe professionnelle avec une tronçonneuse ou une scie,

- un perçage professionnel des trous de vissage,

-  un traitement professionnel des coupes et des trous de vissages percés  avec une couche de produits de revêtement contenant de la poussière de zinc.

Remarque : Il faut limiter le montage de ce type d'éléments de raccord à un minimum. Ils ne sont à utiliser que dans des cas exceptionnels (entre 2 constructions de ponts par exemple). Lors de mesures de construction spéciale sur le terre-plein comme les traversées, les tunnels ou les constructions de ponts, les passages vers les murs de protection en béton etc., il ne faut pas utiliser plus de 1 ou 2 éléments de raccord entre de telles mesures.
Il en est de même pour les constructions de ponts, ici on ne doit pas fabriquer plus d'1 élément de raccord par portion de route entre 2 traversées de voies. Il faut alors dans ce cas prendre en considération que le joint de dilatation de la glissière de sécurité ne doit en aucun cas être raccourci.

Le raccourcissement de poteaux en fonction du sol ne doit être effectué qu'avec l'autorisation écrite du commanditaire et il ne doit pas conduire à des longueurs de serrage inférieures à 0,8 m.
Si cette longueur de serrage minimum n'est pas réalisable dans le cas de conduites souterraines, de constructions comblées ou autres, il faut alors planter les poteaux spéciaux raccourcis à au moins 0,7 m de profondeur et les équiper d'une plaque de sol horizontale. Il faut alors veiller à limiter l'enterrement de poteaux à plaque à une longueur de glissières de sécurité de 28 m étant donné que selon la fermeté du sol le serrage des poteaux ne peut plus être garanti sur une plus longue distance. Ceci est cependant interdit avant des obstacles dangereux (des piliers de pont par exemple).

Dans de tels cas, il faut en général construire des fondations en béton comme fondation filante et les constructions de glissières de sécurité doivent être montées comme sur les ponts et les constructions d'ingénierie.

Remarque : Si lors de l'enfoncement on tombe sur des obstacles en dehors de la catégorie de sol définie, il faut alors s'accorder sur les mesures exceptionnelles à prendre. Les longueurs de poteau ne doivent pas être inférieures aux valeurs suivantes, selon la profondeur de l'obstacle:

catégories de sol 1 et 2 = 1,2 m,
catégories de sol 3 à 5 = 1,0 m,
catégories de sol 6 et 7 = 0,8 m.

Annexe : DIN 18300 2.3 Classification des sols et des roches

Remarque : Il ne faut utiliser que du matériel de vissage neuf lors du montage (construction neuve et restructurations) de même que lors de travaux de réparation des constructions de glissières de sécurité.

Dans la mesure où les situations indiquées ci-dessous ne sont pas comprises dans la description des prestations, il faut s'entendre avec le commanditaire sur toutes les mesures spéciales correspondantes. Celles-ci constituent des prestations spéciales.

-    s'il faut exceptionnellement utiliser des poteaux de glissières de sécurité dans un sol de catégorie 1 et 2, il faut alors prendre des mesures spéciales pour assurer le bon fonctionnement du système.

-    On peut enfoncer des poteaux dans un sol de catégorie 5 et 6 si le temps d'enfoncement ne dépasse pas les 4 minutes par poteau et qu'aucune déformation ou détérioration n'apparaît sur la tête du poteau si bien qu'un montage et un fonctionnement sans problème du système soit garanti à tout moment.

-    Les déprédations de la galvanisation doivent être réparées correctement. Si le temps d'enfoncement dépasse les 4 minutes et si le poteau est fortement déformé ou s'enlise lors de l'enfoncement, il faut alors procéder comme avec un sol de catégorie 7.

-    Le forage est la procédure habituelle pour un sol de catégorie 7 et dans le cas d'accumulations métalliques. Dans ces cas précis, on peut réduire la longueur de serrage des poteaux à 0,8 m. Dans le cas du béton et des surfaces renforcées au bitume, la longueur de serrage des poteaux peut également être réduite à 0,8 m si le renforcement de la surface a une hauteur totale de 0,8 m environ couche de base comprise.

Remarque : On détermine la catégorie de sol au moyen de la durée d'enfoncement. On peut partir d'une valeur de référence d'1,5 minute pour enfoncer un poteau de longueur régulière dans un sol de catégorie 1 à 3.


Équipement

Les colonnes de montage sont équipées de camions de 7,5 à 10 tonnes, d'un compresseur, d'une machine de forage et d'un appareil portatif pneumatiques.

On utilise des appareils hydrauliques pour les travaux de forage (dans la roche, le béton, l'asphalte) ou d'enfoncement dans des sols difficiles.

Personnel

Les colonnes de montage sont composées de 3 à 5 collaborateurs (selon le montage des constructions). Une colonne de montage a un chef de colonne qui dirige l'échafaudage d'enfoncement et des collaborateurs de montage.

Les chefs de colonnes ont suivi une formation de sécurité sur les lieux de travail, de premiers secours en cas d'accident et de protection de l'environnement.
 
Les travaux de montage sont surveillés par des maîtres d'œuvre qualifiés. Les maîtres d'œuvre ont suivi des formations et ils ont passé les examens exigés comme justificatifs de ces spécialisations.  Une fois l'examen réussi, les maîtres d'œuvre deviennent "ouvriers spécialisés dans le montage de glissières de sécurité" et sont autorisés à faire valoir ce titre.

Annexe : Certificat d'ouvrier spécialisé dans le montage de la Gütegemeinschaft für Stahlschutzplanken (communauté de qualité pour les glissières de sécurité)

Instructions de montage

Les instructions de montage de PASS+CO se rapportant aux différentes constructions de glissières de sécurité en acier, dilatations et terminaux de début et de fin se trouvent dans les annexes.

Remarque :  Les instructions de montage du fabricant sont exigées par la norme EN 1317-5

Annexe : Instructions de montage ESP

Remarques concernant les réparations et l'entretien

Les constructions de glissières de sécurité sont faciles à réparer et elles peuvent être correctement remises en état par simple remplacement des éléments abîmés. Les éléments de glissières de sécurité de PASS+CO sont normalisés et donc échangeables.

Lors des travaux d'entretien et de réparation, il faut essayer d'éviter d'utiliser des éléments de raccord même si cela signifie plus de travail lors du démontage et du remontage des zones de raccord encore en bon état.

Les éléments de construction ne doivent être modifiés qu'avec des perceuses et des séparateurs adaptés.  Il est interdit de les travailler avec des soudeuses et des cisailles ou avec des mandrins et des outils de percussion ainsi qu'avec des outils de cintrage.

D'une manière générale, il faut remplacer toutes les pièces de construction des glissières de sécurité qui présentent une déformation (plastique). Si les éléments d'une portion de glissière de sécurité qui s'est écartée de l'alignement de jusqu'à 30 cm ne sont pas irréversiblement déformés il faut alors effectuer un redressement de la construction de glissières de sécurité. Les trous de poteaux élargis qui en découlent doivent être comblés et suffisamment comprimés.
Il faut éviter d'endommager les surfaces galvanisées lors du redressement de portion de glissières de sécurité.

Conformément à la norme DIN 50976, les petits défauts des surfaces galvanisées doivent être corrigés avec une couche de revêtement à la poussière de zinc après avoir été soigneusement préparés.

Remarque : Lors de travaux de réparation, les différents champs déformés doivent être intégralement échangés. Il ne faut pas réutiliser d'anciennes pièces de construction.

Sécurité sur les lieux de travail

Tous les chefs de colonnes et tous les collaborateurs sont tenus de respecter scrupuleusement les réglementations nécessaires de sécurité sur les lieux de travail.

Différentes institutions surveillent régulièrement que la société PASS+CO respecte les réglementations de sécurité sur les lieux de travail.

Les résultats de ces surveillances sont consignés dans des documents qui peuvent être consultés à tout moment.

Avant d'entamer de nouvelles mesures de construction, tous les collaborateurs suivent une formation sur les différentes exigences du commanditaire.

Protection de l'environnement et recyclage

Tous les chefs de colonnes et tous les collaborateurs sont tenus de respecter scrupuleusement les réglementations nécessaires de protection de l'environnement.

Différentes institutions surveillent régulièrement que la société PASS+CO respecte les réglementations de protection de l'environnement.

Les résultats de ces surveillances sont consignés dans des documents qui peuvent être consultés à tout moment.

L'ensemble des résidus est transporté vers des emplacements adaptés uniquement et remis, selon les besoins, seulement sur présentation d'un certificat d'élimination.

Les éléments de construction usagés doivent être rendus inutilisables par exemple en en séparant les différentes pièces ou en les démantelant.